Caesar Guerini

DISCIPLINES

Skeet Olympique

Pour la pratique du skeet olympique, deux cabanes de lancement distantes de 40 mètres sont présentes sur le parcours. L'une des deux cabanes étant située plus en hauteur appelée "pull" et l'autre en contrebas appelée "mark". A l'intérieur de ces cabanes, des lanceurs sont programmés pour envoyer des plateaux dans des trajectoires définies et constantes.


Pour le skeet olympique, les tireurs se déplacent sur 7 postes de tir équidistants placés sur un arc de cercle. A chaque extrémité se trouve les cabanes où sont lancés les plateaux. Au centre de l'arc de cercle, on compte un huitième poste de tir.


Soit les participants tirent ce qu'on appelle des "simples", plateaux uniques lancés depuis le pull et le mark ou des "doublés", plateaux lancés simultanément depuis les cabanes pull et mark.


Chaque tireur dispose d'une seule cartouche par plateau.


Lors des compétitions, les hommes pratiquent la discipline sur 125 plateaux et les femmes sur 75 plateaux tirés par séries de 25.
A la suite de cette sélection, les six meilleurs tireurs s'affrontent dans une ultime série de 25 plateaux "flash" libérant une poudre fluorescente lors de l'impact.

Pour cette discipline, seuls les fusils ne dépassant pas le calibre 12 sont autorisés. Les cartouches quant à elles doivent être chargées de 24 grammes de plomb maximum. Le tireur doit attendre de voir apparaître le plateau avant d'épauler ou de mettre à joue.
Les fusils utilisés pour cette discipline disposent de canons courts et de chokes très ouverts car les plateaux sont envoyés à une faible distance des tireurs. Cette discipline demande rapidité et efficacité, de plus que les plateaux doivent être tirés dans un périmètre précis.


C'est la Fédération Française de Tir et l'ISSF (International Shooting Sport Federation) qui gère cette discipline olympique de ball-trap.

Skeet Olympique Skeet Olympique



Le ball-trap

Le ball-trap encore parfois appelé "tir aux pigeons d'argile" est une activité sportive demandant adresse, concentration et entraînement. Elle consiste à abattre au fusil des plateaux ou pigeons d'argile.

Si historiquement, la première mention d'un tir aux pigeons remonte à 1793 dans le magazine anglais "Sporting Magazine", la pratique du ball-trap n'avait pas grand chose à voir comparé à celle d'aujourd'hui. En effet, le"club des chapeaux Haut de forme" comme on les appelait, utilisait de vrais oiseaux vivants souvent des pigeons pour pratiquer leur activité favorite. Ce groupe de chasseurs laissaient s'échapper un à un les pigeons de leur chapeau. Cette pratique jugée honteuse à la fin du 19ème siècle n'utilisera plus d'oiseaux vivants par la suite, ils seront remplacés par des cibles artificielles de tout type jusqu'en 1920. C'est effectivement à cette période que le ball-trap comme nous le connaissons aujourd'hui est véritablement né. Inventé dans le Massachusetts à Glen Rock Kennels, dans la ville d'Andover par l'américain du nom de Charles Davies, passionné de chasse à la perdrix. Le ball-trap évolua ensuite pour correspondre à ce qu'il est actuellement.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le ball-trap s'est fait connaître des soldats américains et de d'autres pays servant dans certains corps d'armée d'entraînement des soldats aux tirs sur cible mobile.


Aujourd'hui le ball-trap compte pas moins de 10 disciplines ayant toute une particularité bien distincte. Parmi ces disciplines, trois sont actuellement olympique.